T’as où ton périnée ?

Les bichonnages de mars
2 mars 2020
Face à la pandémie : quelles ressources pour s’en sortir sans sortir ?
20 mars 2020

Le périnée qu’est-ce que c’est ?

Le périnée (ou plancher pelvien) est un groupe de muscles qui est situé entre les os du bassin, vous êtes d’ailleurs assise dessus en ce moment.

Il a la forme d’un hamac et son rôle est de soutenir les organes. Chez la femme, il est percé de 3 orifices pour le passage de l’urètre, du vagin et de l’anus, ce qui le rend vulnérable déjà par son anatomie.

Il est constitué de plusieurs couches musculaires entrelacées : une couche superficielle qui joue un rôle dans la sexualité, une couche profonde impliquée dans la continence. De par sa situation, le plancher pelvien est directement influencé par les muscles abdominaux et le muscle diaphragme (le muscle respiratoire principal), qui vont répercuter la pression sur le périnée lors des efforts (toux, poussées, port de charge…). 

Nous avons tous un périnée ! les hommes et les enfants également.

Pourquoi une rééducation du périnée ?

Je n’aime pas beaucoup le terme de rééducation, je parle plutôt d’éducation. Au même titre que quand on a mal au dos on protège son dos, il est indispensable d’apprendre les bons gestes et comment prendre soin de ce périnée, organe méconnu, mais si important. C’est malheureusement après un accouchement ou quand il dysfonctionne qu’on apprend son existence mais aussi à s’en occuper. J’ai moi-même appris l’existence de mon périnée lors de mon premier accouchement ! J’ai eu bien sûr quelques notions lors de mes études, mais apparemment elles n’avaient pas marqué mon esprit.

Les femmes sont plus sensibles que les hommes pour cette problématique-là, premièrement en raison de leur anatomie, mais aussi des grossesses, accouchements ou simplement en raison des perturbations hormonales qu’elles subissent tout au long de leur vie (puberté, grossesses, accouchements, ménopause).

Par pudeur ou méconnaissance, les gens tardent à consulter pour les problèmes qui concernent la continence ou encore la sexualité. On pense que c’est normal de perdre des urines quand on est une femme lors d’un fou rire ou d’un éternuement, mais non, cela signe que le périnée n’est plus compétent.

Je considère que toute femme qui a eu un enfant, par césarienne ou voie basse, nécessiterait quelques séances de rééducation périnéale en physiothérapie pour justement apprendre à prendre soin de son périnée et pour éviter être embêtée plus tard. Les problèmes n’apparaissent pas directement après l’accouchement, mais souvent plus tard, à la ménopause. La période du postpartum est une période particulière, ou le corps et plus particulièrement le périnée doit guérir, se cicatriser. Il faut donc spécialement être attentif à ce moment là, de ne pas rajouter des dégâts supplémentaires sur un périnée déjà malmené pendant 9 mois de grossesse et après la naissance. Dans notre société occidentale, le bon sens et les savoirs ancestraux ont cédé la place à la performance, au « tout de suite/maintenant ». On devrait vivre normalement et comme avant d’avoir un bébé, retrouver la ligne, faire du sport, immédiatement après avoir accouché. Mais avec des abdominaux trop longs et un périnée complétement sidéré et incompétent ! Les sociétés traditionnelles appliquent encore les bons préceptes pour les jeunes accouchées, à savoir l’aide au ménage et aux repas, s’occuper de la fratrie, simplement entourer la maman pour qu’elle puisse se reposer et récupérer, tout en prenant le temps de l’allaitement et de faire connaissance avec son bébé. D’où l’importance d’une association comme les super-mamans qui œuvre en ce sens, en apportant des repas sains déjà cuisinés. Elle permet aussi en même temps la rencontre et le dialogue avec d’autres mamans. Je pense que cela joue aussi un rôle de prévention quelque part.

La rééducation du périnée et valable autrement pour chacun qui présenterait des problématiques de continence, constipation, douleurs… Ne laissez pas des problèmes de ce type gâcher votre qualité de vie, il y a encore trop de tabou et de méconnaissance à ce sujet. Parlez-en à votre médecin, à votre sage-femme, qui sont souvent les premiers interlocuteurs. La physiothérapie peut vous soulager.

Je pense également qu’une préparation à la naissance avec une sage-femme, en groupe ou en individuel, est très importante, car elle va aborder la grossesse et l’accouchement, mais aussi les suites de couches et l’allaitement. 

Quels sont les signes alors qui doivent nous faire consulter un physiothérapeute spécialisé ?

Si vous avez accouché bien sûr. 

Autrement, par exemple, si vous avez de très/trop fréquentes envies d’uriner, des urgences qui vous font courir aux toilettes pour uriner, des pertes urinaires lors de efforts (toux, éternuement, rire, port de charge), des infections urinaires à répétition, des difficultés à uriner ou à bien vider votre vessie, de la constipation, des pertes de gaz involontaires ou pertes de selles, ou encore des douleurs lors des rapports sexuels. Chez les hommes, il peut également y avoir un problématique d’incontinence urinaire/fécale, de vessie hyperactive, de constipation. Même chose chez les enfants, qui peuvent être également amenés à consulter aussi en cas d’énurésie (faire pipi au lit la nuit quand ils sont plus âgés que 5 ans). Tout le monde peut-être concerné, ce n’est pas l’apanage de la femme . Tous ces symptômes ne sont pas « normaux » et nécessitent d’en parler à votre médecin/gynécologue/sage-femme. Il existe des solutions, notamment en physiothérapie.

Comment ça se passe la physiothérapie du périnée ?

Elle est remboursée par l’assurance de base. Pour ce faire, elle nécessite une ordonnance médicale. Elle doit être dispensée par des physiothérapeutes spécialisés dans ce domaine. 

S’il n’y pas de problème particulier et qu’il s’agit de rééducation postpartum simple, je préconise seulement quelques séances pour apprendre les bons gestes et les exercices à faire. La première séance est dédiée au bilan, soit une discussion approfondie de votre problématique, antécédents médicaux, et ensuite à un examen physique. Nous mettons ensuite rapidement en place des mesures de protection par exemple apprendre à bien se tenir, à bien porter son bébé, etc. Les séances d’après seront dédiées à retrouver une compétence musculaire périnéale et abdominale, en apprenant à percevoir son périnée, à faire des exercices pour le tonifier, à l’utiliser dans les moments où il doit travailler (lors des efforts de la vie quotidienne par exemple). Nous travaillons également la musculature abdominale profonde. Nous disposons de plusieurs moyens thérapeutiques que nous adaptons à chacun (éducation thérapeutique, amélioration de la compétence abdominale et périnéale, exercices, thérapie manuelle, biofeedback, électrostimulation…). Il s’agit surtout de modifier les anciennes habitudes de vie pour prendre soin de son périnée et le faire travailler au quotidien. Je dis toujours que le 10% du travail se passe durant la séance, ensuite c’est le patient qui travaille à 90% chez lui, dans sa vie quotidienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Power by

Download Free AZ | Free Wordpress Themes